•  Photos personnelles

    *** DES VACANCES DE RÊVES ***

     

     

    *** DES VACANCES DE RÊVES *** 

     

     

    *** DES VACANCES DE RÊVES ***

     

     

    *** DES VACANCES DE RÊVES ***

    *** DES VACANCES DE RÊVES ***

     musique:  " La Zorbas " de M. Théodorakis Danse typique Crétoise

     

    Le Sirtaki ou Syrtàki est une danse populaire originaire de la Grèce.

     Malgré sa renommée mondiale ce n'est pas une danse authentiquement traditionnelle.

    En fait, elle fut créée en 1964 pour le film" Zorba le Grec"d'un mélange de version lente et rapide de la danse hasapikos .Une distinction de cette musique est son tempo qui s'accélère progressivement, le rythme passant de 4/4 à 2/4. Les pas lents et près du sol, deviennent plus légers et plus sautés.Parois le premier danseur exerce un saut périlleux sur place tout en maintenant son partenaire à sa gauche par la main qui lui assure l'équilibre.Vue sur la dernière photo du bas.

    La musique est de Mikis Théodorakis

      Ecoutez la musique tout en regardant, ci-dessus, les photos perso de la danse et en imaginant suivant le rythme.

     

     

     

     En haut de la falaise sur cette photo légèrement à droite l'hôtel Peninsula où j'étais hebergée.

     

    *** DES VACANCES DE RÊVES ***


    Une photo de la Crete, une île des Cyclades où j'ai séjourné. 

    J'ai fais escale à Aguia Pelagia où se situe cette plage sur les photos .


    3 commentaires
  • *** BLOG EN PAUSE POUR DES VACANCES DE RÊVES ***

     

    Je serai absente durant huit jours pour me ressourcer dans un endroit paradisiaque.

    Pour moi, lorsque je pars en vacances c'est tellemant chouette et tant attendu comme moment que je dis que je pars dans un endroit paradisiaque pour recharger les " batteries ".

    Une petite alarme dans la tête pour avertir qu'il est temps de changer d'air, de s'évader, de faire tout sauf se torturer l'esprit et de prendre le temps de lever le pied de la pédale d'accélérateur pour prendre le temps de vivre et du bon temps pour se reposer.

    Ce n'est qu'un petit "Aurevoir "

      

     


    4 commentaires
  •  

    *** LES BJD DES COLLECTIONS QUI FONT RÊVER ***

     *** LES BJD DES COLLECTIONS QUI FONT RÊVER ***

     

     

     

     *** LES BJD DES COLLECTIONS QUI FONT RÊVER ***

     

     

    Je m'appelle Keon et je suis un beau jeune homme. Un autentique BJD.

    Traduction de BJD: Ball-Jointed Doll ou Poupée aux articulations à Joints Sphériques.

    Ces poupées articulées ne sont pas destinées aux enfants mais aux collectionneurs.Il existe un choix très vaste de modèles différents et la majorité des fabriquants de BJD sont asiatiques.

    Elles sont fabriquées en résine de polyuréthane.

    Les différents éléments de la poupée sont maintenus ensemble grâce à des élastiques qui passent à l'intérieur du corps et des membres. Cet assemblage permet un grand choix de mouvements.

    Elles sont totalement personnalisables par leur propriétaire.

     

    Voici un lien sur les BJD:http://passion-bjd.fforumfree.com/t1-la-faq-des-bjd


    Ces poupées sont inspirées du corps de poupée breveté en France en 1856 par Bouillet-Cacheleux. Il est parfois fait un lien entre les nouvelles BJD en résine et l'oeuvre de Hans Bellmer qui est inaproprié, celui-ci n'a pas inventé les BJD, il a simplement utilisé celle-ci comme support pour son art.

    Les tailles des ball-jointed dolls varient de moins de 10 cm à plus de 80 cm.

     Les termes SD, MS, YoSD et Timy sont souvent utilisés pour décrire les BJD selon leur taille:

    TailleSD-( Super Dollfie)=Environ 60 cm, à l'échelle 1/3

    Taille MSD-( Mini Super Dollfie)=Environ 42 cm, à l'échelle 1/4

    Taille YoSD-(Yo Super Dollfie)=Environ 27 cm, à l'échelle 1/6

     Timy=Environ 16 cm, à l'échelle 1/2

    Il existe cependant des BJD bien plus grande 90 cm.


    Le maquillage :   La plus grande particularité des BJD est d'être entièrement personnalisable.

      Le maquillage peut-être réalisé par le fabriquant de la poupée, par le propriétaire ou un spécialiste.Le matériel utilisé est très spécifique et n'a rien à voir avec le maquillage qui est vendu dans les Instituts de Beauté ( à par le verni et le disovant). Il est conseillé de demander l'avis à des collectionneurs initiés au maquillage sur les forums de discussions.

    *** LES BJD DES COLLECTIONS QUI FONT RÊVER ***


    *** LES BJD DES COLLECTIONS QUI FONT RÊVER ***


    3 commentaires
  •  

     

     

    *** L'IVRESSE DES CÎMES, J'AI LA TÊTE DANS LES MUAGES ***

     

     

    *** L'IVRESSE DES CÎMES, J'AI LA TÊTE DANS LES MUAGES ***

     

    *** L'IVRESSE DES CÎMES, J'AI LA TÊTE DANS LES MUAGES *** 

             Lorsque je rêve d'un ailleurs, mon esprit voyage, effleure les flans et les cîmes des montagnes qui se situent à une centaine de kilomètres de mes pénates. Et, jusqu'ici dés que j'avais quelques jours, comme l'appel de la forêt pour le loup, l'appel du grand large pour le marin, l'appel des hautes cîmes se dressant au dessus de vallées encaissées, se faisait sentir comme un manque d'air dans ma vie et de vouloir escalader jusqu'au toit du monde pour aller y prendre un bon bol d'air sain. Elle me prenait comme la poudre à canon, l'envie de prendre la poudre d'escampette dés que l'occasion se présentait d'avoir 3 jours de libres devant moi et un mari toujours partant pour m'accompagner  

            En route pour l'aventure, car un rêve c'est toujours une aventure qui mûrit dans le cerveau suivant les désirs et le vécue antérieur. C'est un rêve qui peut devenir la réalité.Une randonnée est un rêve qui n'est pas excessivement onéreux car il ne demande pas des tonnes d'équipement: une boussole, une carte des lieux et de la région avec le tracé des sentiers assez fréquentés bien marqués, une bonne paire de chaussures qui tiennent bien la cheville surmontées de grosses chaussettes épaisses, une crème écran total indice 50, une trousse à pharmacie, un bâton de rando, du rechange et vêtements de pluie, une paire de longue vue, le téléphone avec des numéros de secours usuels en cas d'urgence et surtout: des fruits secs,1l 500 à 2 l d'eau par personne, un casse-croûte si la ballade dure toute la journée.

         Ainsi équipé de façon adéquate, nous pouvons emprunté les sentiers escarpés en marchant prudemment et en régulant nos éfforts sur notre respiration.  

     Quel bonheur de longer les flans des montagnes de fouler ce sol ou nos pas sourds soulèvent la poussière terreuse tout en évitant les éboulis et les racines des arbres. De traverser des forêts ou l'odeur des lichens,de la mousse, de la fiente de la faune, de la résine des pins qui  vous chatouillent les narines. De longer ses flans exige parfois de passer sous des voûtes  rocheuses, de gravir des pentes lissent en se tenant à des cordes accrochées à des pitons et mousquetons. De franchir des ruiseaux en sautant d'un gros caillou à un autre en maintenant l'équilibre et de traverser des ponts de nevers par endroit en s'assurant de leur solidité.

     

    C'est un sport agréable et enrichissant car même si les jambes ont du mal à nous porter sur le retour sous le poids de la fatigue, nous avons les yeux remplis de merveilles et d'enchantement à la fin de la journée. 

      


     *** L'IVRESSE DES CÎMES, J'AI LA TÊTE DANS LES MUAGES ***

     

     

     

    *** L'IVRESSE DES CÎMES, J'AI LA TÊTE DANS LES MUAGES ***

     

     

     

     De mandragore32

    *** L'IVRESSE DES CÎMES, J'AI LA TÊTE DANS LES MUAGES ***


    16 commentaires
  •  

     

     

    ***  BANNIERE *** 

     

     

    ***  BANNIERE ***

     

     

    Musique : De The Corrs

    * Only when I sleep * Extrait de l'Album " Unplugeed " 


    ***  TU ES SEULEMENT UN BATEAU DE RÊVE !!!  ***

    ** Il était une fois... Le Manaratha  ** 



    Il y a quelques années, j'ai connu un voilier, celui qui appartenait à mes beaux -parents. Superbe vaguabon des mers, "le Manaratha " un fifty Kirié de 9 m qui fendait l'onde à tout vents. Il connaissait la tramontane, le Zéphir il fendait la bise. Les mouettes et les goélands le hélaient de leurs cris stridents à son passage lui quémandant du menu frétin ou quelques restes de la pêche à la traîne pour leur dîner.

    J'ai barré ce prince des mers familial qui faisait la fierté de son capitaine à bord et de ses moussaillons. J'en parle avec émotions tant les souvenirs restent dans mes rêves. Des souvenirs d'été amarés à un port plaisancier qui restent sur chaque grêve que je vais chercher au fond de ma mémoire dans mes nuits. Mon esprit rode dans ses ports où j'entend encore les filins s'entrechoqués aux mats des bateaux avec un bruit de milliers de clochettes résonnant dans la nuit fraîchement iodée.

    De sirènes et des cornes de brume dans cette immensité ou le ciel obscurci dans la houle se confond à l'horizon ourlé d'ondées écumeuses qui rident sous le clair de lune la nappe brune d'une mer à peine déchaînée ou huileuse suivant l'humeur du temps.

    Ce sont des souvenirs mêlés aux songes, lorsqu'au petit matin on se réveille sur le pont du navire, titubant, les yeux encore embués de sommeil et que l'air vivifiant vient vous pincer les joues rougies et taquiner les cheveux en les humidifiants de son suc poisseux et salé.

    Des larmes de joie peuvent couler lorsque au mois de juin vous ramassez vos lignes et que quelques maqueraux piègés aux leurres se tortillent et s'enroulent à vos poignets comme des  bracelets glacés que vous rejetez aussitôt.

    Au mois de juillet j'imagine encore les gens assis en tailleur sur le sable blème et frais, le 14 au soir admirant dans le ciel les rosaces du feu d'artifices qui se refletent dans l'eau et plongent en étincelles comme des lucioles pour y mourir dignement.

    Des souvenirs, un passé que je rémémore sans regret mais qui nourrir souvent mes nuits lorsque approchent les vacances. Le beau bateau n'est plus des nôtres mais il vit encore en moi et jamais je n'oublierai " Manaratha" qui m'a donné tant de bonheur. C'est pourquoi je lui rend un hommage par mon récit avec sur le bord des paupières une écume de chagrin qui jamais ne roule sur ma joue car mes yeux la ravalent avec sérénité avant qu'elle ne se confonde à celle du regret que je ne veux point réveiller

    Oh Manaratha, Oh mon bateau ! je t'aime à jamais et je t'ai tant aimé !

     

    De mandragore321


    ***  TU ES TOUT SIMPLEMENT UN BATEAU DE RÊVE !!!  ***



    ***  TU ES TOUT SIMPLEMENT UN BATEAU DE RÊVE !!!  ***


    ***  TU ES TOUT SIMPLEMENT UN BATEAU DE RÊVE !!!  ***


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique